Ce site web utilise ses propres cookies ainsi que ceux d'organismes tiers afin de regrouper l'information permettant d'optimiser la visite, bien qu'ils ne puissent en aucun cas servir à des fins personnelles.

Plus d’informations

Sur les traces de Picasso: Route Picassiene

Buscar
Sur les traces de Picasso: Route Picassiene

Sur les traces de Picasso: Route Picassiene

Les premières années de la vie de Pablo Ruiz Picasso sont intimement rattachées à Málaga, la ville où il est né en 1881. Sa touche andalouse renvoie d'ailleurs aux traditions familiales. Sa vie et son œuvre ont ensuite fait de lui l'artiste malaguène le plus universel qui soit.

Grâce à cet itinéraire, vous pourrez découvrir le cadre familial et artistique de ses premières années, et ainsi mieux comprendre l'évolution de son œuvre et de sa personnalité. L'itinéraire inclut une visite du Musée Maison natale de Picasso, ainsi que celle du Musée Picasso de Málaga, deux joyaux incontournables que vous ne trouverez dans aucune autre ville, car Málaga est sans aucun doute le berceau de Pablo Ruiz Picasso.

Si vous préférez l’écouter, consultez nos guides audio >>

1. Musée Maison Natale de Picasso

Museo Casa Natal Picasso

Située sur la Plaza de la Merced (avant Riego), un des quartiers les plus emblématiques de Málaga tant pour sa dimension historique que culturelle, la maison où est né Pablo Ruiz Picasso a été construite en 1861 par le maître d'œuvre Diego Clavero, sur le terrain vacant après la démolition du couvent de Santa María de la Paz, à l’instar des logements qui occupent le secteur nord-est de la place, et qui constituent le tracé harmonieux des "Casas de Campos", achevées dans les années 70 et portant ce nom en mémoire de leur promoteur, Antonio Campos Garín, marquis d'Iznate.

Le premier étage de cette maison - alors au numéro 36 - fut loué par José Ruiz Blasco (1838-1913) en 1880 à l'occasion de son mariage avec María Picasso López (1855-1938), et ce fut là que naquit le premier fils du couple, Pablo, dans la nuit du 25 octobre 1881. Il y vécut jusqu'en 1884, date à laquelle la famille déménagea au troisième étage sur la même place mais au numéro 32. En 1983, cette maison fut déclarée Monument historique-artistique d'intérêt national et, en 1988, la mairie de Málaga a créé le Musée éponyme, une solide institution qui a conservé une partie de son architecture du XIXe siècle et où sont actuellement exposées une multitude de souvenirs et d'œuvres de Picasso qui illustrent à la fois sa formation académique et son influence malaguène à travers les thématiques des colombes, de la Méditerranée et de la tauromachie, sans oublier son profond attachement à l'Espagne.

En 1997, la Maison Natale a été entièrement restaurée et dispose désormais d'une superbe salle d'exposition au 13, Plaza de la Merced, à quelques mètres de la Maison Natale.

Visiter le site web                              Acheter des billets
Plaza de la Merced Casa Natal Picasso

2. Seconde maison de Picasso (Plaza de la Merced, 17)

Après avoir vécu ses deux premières années au premier étage du 36 Plaza de la Merced, Picasso déménage en 1884 avec sa famille au troisième étage du n° 32 (aujourd'hui 17) de la même place, ce fut son dernier domicile à Málaga avant son départ pour La Corogne en 1891. Il a commencé à dessiner et à peindre dans cette nouvelle maison, et les deux dessins de cette période - tous deux conservés au Musée Picasso de Barcelone - sont Palomar et Hercule avec sa massue, ce dernier étant une copie d'un dessin accroché dans le couloir.

 

 

Calle Madre De Dios

 

3. Ancien Collège de la Sagrada Familia.
(C/ Madre de Dios, 14)

Au numéro 14 de la Rue Madre de Dios, à quelques mètres de la Plaza de la Merced, il y avait l'école de La Sagrada Familia, tenue par des religieuses françaises, où María Dolores Ruiz Picasso, la sœur du peintre, a étudié enfant. L'école a été fondée en octobre 1874 par les religieuses de la Sainte Famille de Bordeaux ou les religieuses de l'Immaculée Conception, titre d'une des sept branches qui constituaient cette congrégation.

 

4. Plaza de la Merced

Plaza Merced

L'endroit où Pablo Ruiz Picasso jouait autrefois et peut-être aussi où il a tracé ses premiers traits dans le sable, était la Plaza de la Merced.  C'est là, sur cette place animée et romantique de Málaga, que ses parents se sont rencontrés et que résidaient des hommes politiques comme le général Riego, des sculpteurs comme Fernando Ortiz, des écrivains comme Juan José Relosillas, des architectes comme Gerónimo Cuervo et des peintres comme Bernardo Ferrándiz.

Comme au XVe siècle, c’était un marché public et un lieu de loisirs et de détente pour la bourgeoisie de la fin du XIXe siècle, le son des cloches de l'église de la Merced, à côté de la maison où Picasso est né, était agrémenté d'une mosaïque de type populaire dont le brillant artiste, au fil du temps, s'est fait l'écho. Des paveurs, des vendeurs de lait avec leurs troupeaux de chèvres, des vendeurs de bonbons, de fleurs de jasmin et de confitures, des joueurs de guitare, des servantes et des soldats, tournaient autour du monolithe en hommage au général Torrijos, dont les devises de liberté et de justice étaient une référence pour l’enfant Pablo Ruiz Picasso. Et n’oublions pas que dans cette place, aujourd'hui comme jadis, on retrouve le vol des colombes, symbole des paradigmes sur le cénotaphe du militaire et héritage de son père qui deviendrait l'emblème pérenne et mythique de l’œuvre immense de Picasso.

Picasso Tertulia Calle Granada

5. Lieu de rencontres du père de Picasso (C/ Granada, 75)

Sur la Plaza de la Merced, à l'angle de la rue Granada, l'ancienne pharmacie d'Antonio Mamely, aujourd'hui la pharmacie Bustamante, où le père de Picasso avait l'habitude de retrouver ses amis, est toujours ouverte. Inaugurée en 1747 - c'est la plus ancienne de la capitale -, et José Ruiz Blasco vécut dans son arrière-salle le tremblement de terre qui dévasta la ville le jour de Noël 1884, dont Picasso conservera un souvenir tragique. José Ruiz Blasco en est sorti pour aller chercher sa famille de l'autre côté de la place et se rendre dans un endroit plus sûr.

 

 

6. Église de Santiago

Iglesia de Santiago

Picasso a été baptisé dans l'église paroissiale de Santiago, dans la majestueuse rue Granada, anciennement rue Real, quartier dont faisait partie sa maison, le 10 novembre 1881, par le prêtre de l'église de la Merced, José Fernández Quintero, qui lui a attribué les noms de Pablo Diego José, et Francisco de Paula Juan Nepomuceno, María de los Remedios, Cipriano de la Santísima Trinidad, en présence de ses parrains Juan Nepomuceno Blasco Barroso et María de los Remedios Alarcón y Herrera.

Ses grands-parents paternels s’étaient mariés en 1820 dans cette église paroissiale de Santiago, l'une des plus anciennes de Málaga, avec son intérieur baroque et sa tour mudéjar.

En 1880, ses parents s'y sont mariés et ses deux sœurs, Dolores (1884-1958) et Concepción (1887-1895), y ont aussi été baptisées.

(+) Pour en savoir plus

7. Ancien Musée Municipal

Le musée municipal a été inauguré au premier étage du bâtiment qui, abritait depuis 1869, la mairie de la ville dans la rue San Agustín. Ce bâtiment, ancien emplacement du séminaire de San Juan de Dios, du couvent des Pères Augustins et de la faculté de philosophie et de lettres de l'université de Málaga, était familier à Picasso car son père y travaillait depuis 1879 en tant que conservateur des tableaux que la mairie exposait au public à l'époque, et à de nombreuses reprises, Picasso a évoqué l'atelier où son père avait passé des heures en tant que professeur de dessin: "L'atelier était une pièce comme une autre, sans conditions particulières : un peu plus sale que celle qu'il avait à la maison, mais il y était tranquille".  L'une des premières peintures à l'huile de son fils Pablo est précisément La vue du port de Málaga (vers 1890) une copie de celle de son père, elle-même s’inspirant de la toile du peintre Emilio Ocón de 1878.

Le bâtiment est actuellement en travaux, en attendant d'être transformé en bibliothèque provinciale de Málaga.

8. Ancienne École des Beaux-arts (Ateneo de Málaga)

Ateneo

Son père était professeur de dessin linéaire et de décoration à l'école de Málaga, qui se trouvait sur la Plaza de la Constitución, à l'entrée de la rue Compañía, et ce fut le premier endroit où Pablo Picasso entra en contact avec les modèles classiques en plâtre que, quelques années plus tard, à La Corogne et à Barcelone, il copia comme sujet obligatoire pour ses études.

Les peintres qui sont passés par les bancs de San Telmo ont également été les professeurs et les amis de José Ruiz Blasco et, par conséquent, pour beaucoup d'entre eux, du Picasso en herbe, dont celui-ci prendrait exemple ultérieurement en tant qu'élève extrêmement doué e. Bernardo Ferrándiz, Muñoz Degrain, Martínez de la Vega et Moreno Carbonero ont fait de l'art du dernier tiers du XIXe siècle l'âge d'or de la peinture malaguène, dont Picasso a tiré profit en observant de près l'ampleur des grandes scènes historiques très en vogue à l'époque.

Le bâtiment est actuellement le siège de l'Athénée de Málaga. Il dispose d'une salle d'exposition dans laquelle sont organisées des expositions d'arts plastiques.

(+) Pour en savoir plus

9. Ancien collège San Rafael

Cette école, qui se trouvait au numéro 20 de la rue Comedias, était tenue par Don Emilio Gutiérrez, et nous savons par Picasso lui-même que chaque matin, sa nourrice, Carmen Mendoza - modèle d'un de ses dessins de jeunesse - l'y traînait. Le séjour du peintre de Málaga dans cette école publique est émaillé de souvenirs. Dans sa vieillesse, il racontait à ses biographes et amis comment il passait ses heures à dessiner et à regarder par la fenêtre, comment il s'échappait pour rendre visite à la femme du directeur dans les mêmes locaux, avec les objets personnels appartenant à son père et amenés en classe (un pinceau, une canne, un pigeon...) comme autant de garanties qu'on viendrait le récupérer à une heure précise dans  l'après-midi.

Au XXe siècle, cette école de San Pedro et San Rafael a été déplacée sur la Plaza de San Francisco, où se trouvait aussi le Liceo artistique et littéraire de Málaga déjà mentionné. Ce bâtiment n'est actuellement pas ouvert au public.

10. Ancien Liceo Artistique et Littéraire (Ancien Conservatoire María Cristina)

Antiguo Liceo

Le Liceo de Málaga, situé sur la Plaza de San Francisco, à l'endroit même où se trouve aujourd'hui le Conservatoire royal de musique María Cristina, était un lieu de rencontre pour les artistes de Málaga au XIXe siècle. Construit sur une partie de l'ancien couvent de San Francisco, qui donne son nom à la petite place - où se dresse la fontaine Pomona (1864) - Picasso a dû fréquenter cette institution récréative accompagné de son père, un habitué des réunions qui s’y tenaient, et il a pu contempler les œuvres que les peintres de l'époque avaient laissées en souvenir de leur passage dans les différentes salles.

C'est dans ce Liceo, véritable musée pictural et bibliothèque du XIXe siècle, dans l'une de ses salles appelée Le Sénat, que se tenaient les réunions de ses membres les plus distingués, et c'est ici que Pablo Picasso fut baptisé au champagne par Martínez de la Vega, à l'occasion du succès obtenu par le jeune artiste aux Expositions nationales et provinciales des Beaux-Arts de 1897, grâce à son œuvre Science et charité.

11. Lycée (Institut Gaona)

Instituto Gaona

Peu de temps avant de quitter Málaga, en octobre 1891, Picasso passe un examen au Lycée, situé au numéro 1 de la rue Gaona. Ancien couvent des moines philippins, il a ouvert ses portes en tant que centre éducatif en 1846. Trois ans plus tard, l'école nautique, profondément ancrée dans la ville, a été installée en ces lieux.

Picasso a fait référence à plusieurs reprises à l'examen qu'il a dû passer pour rejoindre  l'Institut de La Corogne. Ce document qui est encore conservé ainsi que la demande et le paiement des frais pour le latin et l'espagnol et la géographie consistait en une brève dictée et une division, signée par Picasso à la fin du mois de juin de cette année-là, son directeur étant Don Ramón Ibáñez Ibáñez, président du tribunal qui a approuvé le jeune étudiant dans ce même établissement.

12. Plaza de Toros La Malagueta

Plaza Toros Corrida Picassiana

Construites au bord de la mer en 1874 et inaugurées avec des taureaux appartenant à la veuve de Murube en 1876, les arènes de La Malagueta ont été, depuis l'enfance de l'artiste, un repère et un motif habituel dans ses premiers dessins et peintures à l'huile, faisant écho à  la vision plus globale de la tauromachie chez Picasso. Des œuvres comme El picador amarillo ("Le picador jaune", vers 1889) et des dessins de scènes taurines, exécutés pendant ses périodes de Málaga et de La Corogne, ne sont rien d'autre que des souvenirs de l'époque où, en compagnie de son père, l'artiste allait voir les toreros les plus célèbres de l'époque : Mazzantini et Lagartijo.

Picasso a gardé une série de souvenirs de ces arènes, comme le jour où il a vu son maître, José Moreno Carbonero, peindre une grande toile pour l'un des tableaux historiques, ou le spectacle des chevaux éventrés par les taureaux que l'artiste de Málaga a abondamment utilisé comme référence dans nombre de ses compositions dans les années 1930, jusqu'au célébrissime  cheval blessé de Guernica (1937).

 (+)  Pour en savoir plus

13.  Musée Picasso Málaga

Picasso visto por Otero en el Museo Picasso Málaga

Les œuvres fascinantes de cet artiste né à Málaga et la beauté du palais Buenavista font du Musée Picasso de Málaga un lieu privilégié pour apprécier l'art et la culture.

La collection MPM regroupe plus de 230 œuvres qui illustrent les innovations révolutionnaires de Picasso, ainsi que la grande variété de styles de matériaux et de techniques qu'il maîtrisait. De ses premières études académiques à sa vision personnelle du classicisme, aux aplats  superposés du cubisme à ses recherches sur la céramique, en passant par son interprétation des grands maîtres et ses dernières peintures des années 1970.

Le Palacio de Buenavista abrite le Musée Picasso de Málaga. Situé au cœur du centre historique de la ville, il épouse harmonieusement les lignes de la Renaissance et du style mudéjar et la pureté du style contemporain. Au sous-sol de ce magnifique ouvrage architectural andalou du XVIe siècle, les visiteurs découvriront un site archéologique abritant des vestiges phéniciens, romains et arabes, témoins silencieux de l'histoire de la ville.

Des expositions temporaires, des activités éducatives et culturelles, la bibliothèque et la librairie spécialisée enrichissent la palette des propositions du Musée Picasso de Málaga.

Visiter le site Web                              Acheter des billets 

 

Si vous préférez l’écouter, consulte z nos guides audio >>