Ce site web utilise ses propres cookies ainsi que ceux d'organismes tiers afin de regrouper l'information permettant d'optimiser la visite, bien qu'ils ne puissent en aucun cas servir à des fins personnelles.

Plus d’informations Cookies

Confréries et musique

Buscar
Confréries et musique

Confréries et musique

LA SAETA

Les sons sont un élément indispensable de la Semaine Sainte à Málaga. Même le flamenco a sa place à travers la saeta, une forme spécifique de chant, aux origines confuses et immémoriales, qui est jetée sur le chemin des images.
Ces chants, d’une difficulté extrême, ont de nombreux noms à Málaga qui ont dignifié la saeta : Antonio de Canillas, María La Faraona, Niño de Bonela ou Cándido de Málaga, ainsi que de nombreux autres qui chantent encore des saetas au passage des processions à Málaga


La Peña Recreativa Trinitaria, une institution clé pour la survie de la saeta pendant la Semaine Sainte à Málaga, mérite une mention spéciale. Son concours de saetas, né en 1976, est l’un des plus anciens concours de la culture locale, et les meilleures voix de la scène flamenco andalouse sont passées par là.

MUSIQUE

Les marches processionnelles constituent la principale bande sonore de la Semaine Sainte. De nos jours, il existe de nombreux groupes qui en jouent et ils sont classés dans un certain genre musical. Bien qu’il existe des nuances en son sein, il convient de mentionner, d’une manière générale, la musique pour cornets et tambours, la musique pour groupes musicaux, la musique pour orchestres et la musique de chapelle.

Les fanfares de cornets et de tambours, bien que traditionnellement à Málaga elles aient défilé en tête de la procession, à partir des années 90 du XXème siècle leur présence s’est également normalisée dans certains des trônes du Christ. C’est sur ces trônes que défilent les groupes musicaux. Enfin, le groupe de musique participe également derrière les trônes du Christ et, inévitablement, sur les trônes de la Vierge. Les chapelles musicales de la Semaine Sainte participent à une même confrérie, mais elles regorgent aussi d’événements liés au Carême. Dans ce cas, elles marchent toujours devant les images et jamais derrière.

Cornets et tambours

La musique pour cornets et tambours est née à Málaga, grâce à l’apparition, en 1911, de la fanfare de la brigade royale des pompiers, considérée comme la « mère et maître » de ce style de musique de la Semaine Sainte. La principale figure du genre est Alberto Escámez, un musicien militaire de Linares qui, à partir des années 1920, a commencé à composer des pièces qui sont encore aujourd’hui les plus jouées dans ce style, comme « Cristo del Amor », « Virgen de la Paloma » et « La Expiración », entre autres.

À partir des années quatre-vingt-dix du XXe siècle, une branche du genre cornets et tambours naît de quatre groupes de la province de Séville : le Sol, les Tres Caídas et les Cigarreras dans la capitale, et le groupe de la Presentación al Pueblo, à Dos Hermanas. Dans ces ensembles (et dans beaucoup d’autres qui seront fondés en Andalousie et en Espagne sur leurs traces), ainsi que dans les compositions qui seront créées, d’autres instruments qui, dans le passé, se limitaient à accompagner la voix principale des cornets, comme les trombones, les tubas ou, plus récemment, les cloches tubulaires et les cymbales, commencent à jouer un rôle de premier plan. C’est cette bifurcation de l’orchestre classique de cornets et de tambours qui prévaut aujourd’hui et qui s’apparente de plus en plus au genre de l’ensemble musical.

Groupes musicaux

Le groupe musical est un genre né à Séville au début des années 70 du XXe siècle, dont les groupes fondateurs sont considérés comme ceux de la Police armée et de la Guardia Civil de la Caserne de Eritaña. Leurs marches se caractérisent par la présence de basses, de cymbales et d’instruments particuliers comme la lyre ou la flûte à bec. Elles sont devenues particulièrement populaires avec des marches adaptées de chants religieux ou populaires, comme « Perdona a tu pueblo », des sardanes comme « La Santa Espina » ou la célèbre chanson de Serrat « La Saeta ».

Lors de la Semaine Sainte à Málaga, ce genre a commencé à être introduit dans les années 1990, avec la présence de groupes de la province de Séville provenant d’Arahal, où se trouve la doyenne actuelle de ce genre : le groupe musical Santa María Magdalena, de Marchena ou de Morón de la Frontera dans des confréries comme El Rocío, Fusionadas, La Sagrada Cena ou Ecce Homo. Le premier groupe musical de la ville a mis longtemps à voir le jour : il s’agit du San Lorenzo Mártir, de la confrérie des Viñeros, qui a vu le jour en 2007, et qui est toujours le seul de ce type à Málaga.

Fanfares de musique

Les marches pour fanfare sont les plus anciennes et constituent l’accompagnement original des processions de la Semaine Sainte. Il y a déjà des processions documentées avec des fanfares au XIXème siècle. La présence de la fanfare municipale depuis 1859 a sans doute influencé cette présence musicale dans la Semaine Sainte.

En ce qui concerne les confréries, il faut souligner la figure de Perfecto Artola, principal compositeur des marches processionnelles de la ville et auteur de pièces emblématiques telles que « Semana Santa en Málaga. Poema Sinfónico », « Himno de Coronación de la Virgen de la Esperanza » ou « Virgen de Gracia ». Artola a fondé la fanfare des écoles de Miraflores et Gibraljaire, qui a révolutionné, surtout à partir des années 1980, une Semaine Sainte où seules les fanfares militaires et la fanfare municipale assuraient la musiq ue de certaines processions (Mena, Estudiantes, Expiración et Santo Sepulcro).

L’influence de la fanfare de Miraflores-Gibraljaire a été telle que Málaga compte aujourd’hui un grand nombre de fanfares, toutes liées à des confréries, des écoles et des associations, dont la quasi-totalité des membres sont des jeunes, et il n’existe aucun exemple de fanfare adulte et professionnelle en dehors de la fanfare municipale.

Musique de chapelle

La musique de chapelle est le plus ancien de tous les ensembles qui se produisent pendant la Semaine Sainte. Il s’agit d’un groupe d’instruments à vent qui jouent de courts motets qui aident le public et les nazaréens de la procession à se recueillir. Bien qu’ils aient été courants dans les siècles passés, aujourd’hui, seule l’archiconfrérie des Dolores de San Juan les utilise dans sa procession du Vendredi saint.

En ce qui concerne la confrérie, la formation de la chapelle musicale a été définie par un hautbois, un basson et une clarinette. À Málaga, les Dolores de San Juan ont incorporé la figure de la flûte à ces instruments, ce qui donne de la personnalité et de la douceur aux compositions qu’ils jouent. À ce stade, il convient de mentionner le rôle du prêtre et musicien Manuel Gámez, l’un des grands promoteurs de ce genre qui, bien qu’isolé il y a quelques décennies, est aujourd’hui très populaire pour les actes intimes du carême dans les confréries.

Quelques sons :

  • Le Chiquito – Song to Jesus of Mercy
  • La Paloma – March for music band: ‘Malagueña Virgen de la Paloma’ (Rafael Hernández, 1982)
  • Le Pardon – March for horns and drums: ‘Cristo del Perdón’ (José Fernando Jurado, 1997)
  • La Piété – Song to the Virgin of Mercy

Música cofrade